Forte dynamique sur le LOGIPARC 03

Avec le concours d’Eiffage Construction dont le premier bâtiment SEVESO Seuil Haut sera exploité en 2020, l’éco-parc affirme son positionnement autour des marchandises sensibles et son ambition d’y devenir un cluster au service de la filière.

Selon une estimation réalisée par Eiffage Construction, les flux de matières dangereuses représentent plus de 10% des flux globaux de marchandises. L’étude Chimie 2030 réalisée par France Chimie prévoit une croissance de cette industrie de 0,7 à plus de 2,5 % par an.

« Dès l’origine du projet, LOGIPARC 03 a été conçu pour accueillir des marchandises sensibles, une stratégie novatrice et originale qui démarque notre offre logistique en région Auvergne-Rhône-Alpes, en France mais aussi en Europe de l’Ouest où les capacités de stockage ou d’extension de qualité destinées à ces produits exigeants sont rares », rappelle Jean-Marie Lesage, vice-président de Moulins Communauté en charge du développement économique.

Une stratégie gagnante puisque l’éco-parc aménagé dans une démarche ISO 14 001 devrait réceptionner son premier entrepôt de 18 000 m² classé SEVESO Seuil Haut en 2020. « Ce développement est mené en collaboration étroite avec Eiffage Construction, connu pour son expertise dans les bâtiments sécurisés ».

Une offre unique, pionnière et reconnue

La visite organisée le 25 octobre 2018 sur le LOGIPARC 03 à l’attention de la filière chimie, a confirmé l’intérêt des industriels de la chimie pour ces nouvelles installations. « Dès aujourd’hui, la demande du marché permet de garantir l’exploitation des deux bâtiments avec des zones de chalandise ouest-européenne, régionale ou nationale ».

Afin de satisfaire toutes les demandes, l’arrêté d’exploitation délivré au premier bâtiment autorise le stockage de 23 rubriques ICPE. Ce large périmètre couvre par exemple, les parfums et certains produits de beauté, cosmétiques, pharmaceutiques, la plupart des détergents ménagers et aérosols, les alcools, peintures, vernis, colorants alimentaires ainsi que les marchandises phytosanitaires destinées aux industries agricoles et agro-alimentaires.

Pour chaque rubrique, la future plateforme bénéficie d’un déplafonnement des volumes classiques compte tenu de ses équipements et systèmes de sécurité de dernière génération. Ses surfaces à partir de 3 000 m² pourront être divisées en sous-cellules de 500 m² autonomes avec dispositifs de détection et d’extinction propres ainsi que des circuits individuels d’évacuation et de rétention.

« Soutenue par France Chimie, l’ambition du LOGIPARC 03 répond aux tendances structurelles de l’industrie chimique : le regroupement sous la forme de cluster ou de hub pour mutualiser les ressources et créer de nouvelles synergies et l’externalisation des opérations logistiques comme le stockage ».

Exploitation sous 10 mois !

Mais cette belle dynamique du LOGIPARC 03 ne saurait s’arrêter là ! En effet, elle concerne aussi l’aménagement d’entrepôts «classiques ». Selon la même logique engagée pour le deuxième entrepôt classé SEVESO Seuil Haut, l’éco-parc et Eiffage Construction déposeront, dans les prochaines semaines, un second permis de construire pour une plateforme Classe A d’au minimum 30 000 m².

Le lancement « en gris » de ce nouveau bâtiment correspond à une attente du marché de disposer de capacités constructibles sous 10 à 12 mois. L'objectif est de saisir les opportunités d’aménagement en garantissant une disponibilité des bâtiments sous des délais les plus compétitifs possibles.


En route vers une diversification

Sur la base d’une étude menée par le cabinet Samarcande et EOL, LOGIPARC 03 entend se positionner également sur des filières en croissance, à fort potentiel ou manifestant des besoins importants en surface.

Avec un possible embranchement ferroviaire, ses 184 ha croisent les besoins logistiques d’une grande diversité de secteurs tels que l’automotive, l’archivage, l’économie circulaire ou la valorisation des produits en fin de vie.

« Pour répondre à ces marchés et à d’autres, le LOGIPARC 03 dispose notamment d’une parcelle de 35 ha d’un seul tenant autorisant des aménagements et bâtiments XXL avec possible accès au mode ferroviaire », valorise Jean-Marie Lesage.